Les femmes seraient-elles sur le point de perdre leur droit à l'avortement dans le monde ?

La Pologne recule sur l'avortement

La Pologne, il y a quelques jours avançait un projet de loi anti-avortement interdisant tout recours à l’IVG. Adopté en première lecture cette loi a réveillé les foules sur le sujet. Jusqu'à maintenant 3 raisons justifiaient le recours à l'IVG :
  • lorsque la vie ou la santé de la mère était en danger ;
  • quand la grossesse résultait d’un viol ou d’un inceste ;
  • et en cas de pathologie irréversible chez l’embryon.
Avec cette loi, c'est une interdiction totale qui pointe à l'horizon dans le pays.

Lire l'article de l'Humanité : En Pologne, la loi anti-IVG se heurte à la résistance des femmes.

Les religieux Russes pointent du doigt la perte démographique

Dernièrement c'est la Russie (un des premiers pays à légaliser l'avortement dès 1920) qui se faisait remarqué par le biais du Patriarche orthodoxe russe Kirill qui signait un texte appelant à l'interdiction de l'avortement, soutenu par Talgat Tajuddin, Grand mufti musulman qui déclarait :
"[...] notre pays n'est pas si immense par rapport au reste du monde, nous ne sommes que 145 millions d'habitants"
(je reviendrai sur cette citation).

Lire l'article de RT FRance : Le Patriarche russe part en guerre contre l'avortement

Les lycéens Français exposés à la propagande anti-IVG

Mais penser que la vague anti-avortement est récente serait une erreur. En effet depuis que la loi Veil (1975) légalise et encadre l'IVG les anti-IVG luttent ardemment contre cette action médicale qui vise à rendre à la femme, le plein contrôle de son corps (n'en déplaise à ces messieurs).

Cependant les religieux (et les démographes) de tout poil et de tous horizons ont décidés, y compris en France, de se mêler une fois de plus de ce qui ne les regardaient pas.

La Fondation Lejeune (dont le domaine est la lutte contre toutes les formes de dégénérescences mentales) dont le président Jean-Marie Le Méné, foncièrement anti-IVG est également directeur de publication de genethique.org, la Fondation Lejeune donc édite un livret resurgit en ce moment sur les réseaux sociaux. Le "Manuel bioéthique pour les jeunes" est distribué dans des lycées privés.
Cette ouvrage fait la part belle à la peur, la culpabilisation et la honte d'être une mauvaise femme.
Il va même jusqu'à pointer du doigt les femmes victimes de viol, prête à l'avortement, sous prétexte qu'avorter ne changera rien au fait d'avoir été violé, passant totalement sous silence (et l'on comprendra facilement que se retrouver chaque jour devant le fruit d'une violence subit, peut n'être qu'un poids psychologiquement insurmontable) .

En avortant son enfant, on choisit pour lui la mort, comme si on avait le droit de tuer
Ici, on ne parle pas d'un individu pensant, mais d'un être vivant qui à 2 mois de grossesse mesure 3cm. A ce stade, il est physiquement aussi humain qu'un embryon de dauphin ou de chimpanzé.

L'anti-IVG veut préserver la vie, accessoirement se répandre et être plus compétitif

Je vois cependant une autre raison à cette volonté de préserver la vie à tout prix : la démographie. En effet la citation du grand Mufti Russe vue plus haut, rappelle une chose : un pays (pour rester compétitif et renouveler sa population) ou une religion (pour se répandre) a besoin de forces vives. Et il serait idiot de ce point de vue, de limiter les naissances par quelques moyens que ce soit. Mais ce serait faire passer la nation avant la santé physique et mentale de la population.
C'est d'ailleurs le choix qui a été fait par le gouvernement car afin de ne pas grignoter le droit des femmes, de grandes avancées ont ét réalisées pour la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Un bon moyen de contre-balancer les avortements, sans se soucier une seule seconde des milliers d'orphelins qui attendent d'être adoptés.

Bien sûr, l'avortement ne doit pas être pris comme moyen de contraception (ce serait une grave erreur, surtout pour le corps de la femme, un avortement étant un acte médical lourd). L'abstinence, les préservatifs, les stérilets (avec et sans hormone - en cuivre), et les hormones pures (sous-cutanée ou prise sous forme de pilule) sont des moyens de contraception fiables pour certains à plus de 99%.

La France est toujours le pays de la liberté des femmes

Heureusement en France (et peu importe votre religion, celle de votre mari ou celle de vos parents), l'accès à l'IVG est un droit.
Marisol Touraine à l'occasion de la journée mondiale du droit à l'avortement a annoncé des testing (test effectués à l'improviste et anonymement) afin de vérifier que l'accès à l'avortement est garanti, et réalisé dans de bonnes conditions.

Le droit à disposer de son corps est un droit fondamental. Des mesures essentielles ont encore été prises cette année pour améliorer le parcours des femmes qui ont recours à l’IVG. A l’occasion de la Journée mondiale du droit à l’avortement, je veux rappeler ma détermination totale pour que chaque femme puisse recourir, sans entrave, à l’IVG en France. Je veillerai à ce que cet accès soit effectif dans tous les territoires.
Battez-vous les copines, ou votre statut de femme libre va régresser vite fait. La liberté de la femme fait aussi parti de la culture Française, que l'on pointe pourtant du doigt régulièrement... en ce moment. Ne baissez pas les bras et poursuivez la lutte !